La naissance de notre association et celle de la compagnie Le Grenier de Toulouse sont intimement liées

Le Grenier de Toulouse qui est fondé la 18 mars 1945, est une compagnie de théâtre. Cette compagnie a besoin d’une base juridique pour exister. Il est donc créé l’association le Grenier de Toulouse. Cette association n’est pas déclarée en Préfecture, mais existe de fait.

En 1949, lorsque Jeanne Laurent labellise le Grenier de Toulouse Centre dramatique du Sud-Ouest, c’est l’association qui perçoit les subventions et qui doit assumer la mission de décentralisation.

En 1958 l’État demande au Grenier de Toulouse d’officialiser l’association en la déclarant au Journal Officiel. Le 30 janvier 1958 création officielle de l’association « Centre dramatique du Sud-Ouest », dont l’objet est : la décentralisation de l’art dramatique par l’organisation de spectacles. Son siège est le 71 rue du Taur à Toulouse. Publication du J.O le 11 février 1958.

Le 21 février 1958, modification et changement du nom de l’association qui devient « Centre dramatique du Sud-Ouest Grenier de Toulouse ».

Dès lors jusqu’en 1985 et le départ de Maurice Sarrazin de la direction du centre dramatique national, l’association ne change plus de nom, ni de statut. C’est elle qui produit les spectacles du Grenier de Toulouse, qui assume sa mission décentralisatrice de l’art dramatique, qui achète le local du futur théâtre de la Digue en 1970.

Le 6 septembre 1985, l’association « Centre dramatique du Sud-Ouest Grenier de Toulouse » devient « Le Grenier Maurice Sarrazin » et son nouvel objet est : l’enseignement de l’art dramatique, la diffusion de cet enseignement, l’organisation de spectacles et la promotion des personnes enseignées ».

Le siège quitte Toulouse et s’installe 83 rue du Bac à Paris, lieu où Maurice Sarrazin a ouvert l’École Grenier Maurice Sarrazin.

De 1985 à 1991, l’association créée et administre l’Ecole Grenier Maurice Sarrazin à Paris. Pendant six ans elle forme quatre cent cinquante (450) comédiens et réalise des spectacles avec les élèves de l’école sur Paris et sur Toulouse (LIBERTE A BREME de Fassbinder, LE MONTE-PLATS de Pinter, LE REVIZOR de Gogol, LE CONTESTATAIRE DE DIEU d’après le Livre de Job).

Certains élèves comme Régis Goudot, Denis Rey et Laurence Roy décident de faire carrière à Toulouse. D’autres comme, Vincent Cassel, Laurent Lucas, Anne Roumanoff, etc. restent à Paris.

Début 1992 le siège est transféré à Goyrans, dans la banlieue de Toulouse. Dès lors l’association s’attache à aider des compagnies, notamment celle de Francis Azéma, ancien élève de Maurice Sarrazin au Conservatoire de Toulouse.

L’association participe financièrement à la création et à l’ouverture du Grenier Théâtre à Toulouse en 1995, produit Le Roi Lear mis en scène et joué par Maurice Sarrazin avec la troupe du Grenier Théâtre pour les cinquante ans du Grenier de Toulouse.

En avril 2000 signature de la convention entre la ville de Toulouse et le Grenier Maurice Sarrazin avec la mise à disposition du Théâtre Sorano en vue de missions artistiques pour la durée de trois ans. C’est ainsi que renaît le théâtre au Sorano avec le succès que l’on sait.

A cette occasion Maurice Sarrazin reforme la compagnie le Grenier de Toulouse avec une nouvelle génération de comédiens comme Stéphane Battle, Laurence Roy, Pierre Matras, Muriel Darras, etc et des anciens comme Jean-Louis Hébré, Christian Marc, Lise Granvel, Simone Turck, Dominique Lagier, etc.

Au terme de son mandat en 2003, l’association quitte le Théâtre Sorano.

En 2005, Maurice Sarrazin décide de séparer les deux structures, il confie la direction et l’avenir de la compagnie du Grenier de Toulouse à cette nouvelle génération de comédiens et Pierre Matras en devient le codirecteur avec Stéphane Battle.

A partir de cette date Le Grenier Maurice Sarrazin et Le Grenier de Toulouse vivent leur destin de manière séparée et fraternelle. Leur route se croisent parfois, mais leur but ne sont plus les mêmes !

Dès lors le Grenier Maurice Sarrazin produit et coproduit des spectacles répondant à une charte établie en 2008 selon les principes éthiques et professionnels de Maurice Sarrazin, nos actions théâtrales sont déterminées à soutenir la culture régionale, le savoir-faire et le potentiel artistique de nos comédiens.

Etant une association, notre action est dénuée d’intérêt personnel et fondée sur le bien commun.

 

L’association aujourd’hui

Monique Mora: Présidente de l’association. Sa formation en droit et sa passion pour la musique, l’art lyrique, la scène en générale, lui a permis entre autres de codiriger dans les années 80-90 une association musicale à Tarbes, composée d’un orchestre de plus de trente musiciens, d’une école de musique et d’une troupe amateur d’opérette. Depuis 2013, elle apporte son expérience à l’association Le Grenier Maurice Sarrazin en succédant à Maurice
Sarrazin.

Christelle Mora: Trésorière de l’association. Jeune femme diplômée en Ressources Humaines et traductrice diplômée en anglais et espagnol, apporte tout son sérieux dans la trésorerie, ses conseils issus d’une connaissance du monde de l’entreprise ont toujours un intérêt pour cadrer l’univers artistique.

Lise Granvel Sarrazin: Membre du conseil d’administration. Comédienne, metteur en scène, entrée au Grenier de Toulouse en 1968, elle a joué et mis en scène de très nombreux spectacles sur Paris et Toulouse. Elle fut aussi enseignante d’art dramatique à l’Ecole le Grenier Maurice Sarrazin de 1985 à 1991. Elle est membre du Grenier Maurice Sarrazin depuis 2008.

Maurice Sarrazin: Membre du conseil d’administration. Cofondateur du Grenier de Toulouse, fondateur et président de l’association Le Grenier Maurice Sarrazin jusqu’en 2013, «Le père du théâtre à Toulouse» œuvre au sein de l’association en tant que membre, guide et passeur de savoir et de mémoire. Fervent défenseur de l’art du comédien, de la notion de troupe et de la décentralisation, toute son énergie est donné au service des artistes afin qu’ils puissent vivre dignement de leur art.