Maurice Sarrazin, né le 18 mars 1925 à Toulouse, est un comédien, metteur en scène et directeur de théâtre.

Ancien Directeur de Centre Dramatique National de Toulouse de 1949 à 1985, il est un des Pères de la décentralisation théâtrale en France.

 

Biographie

En 1945, le jour même de ses 20 ans, Maurice Sarrazin co-fonde avec Daniel Sorano, Simone Turck, Pierre Chouvy, Jacques Duby et Pierre Nègre une troupe de comédiens professionnels: Le Grenier de Toulouse.

 

Avant Nougaro et Airbus

A cette époque, juste après la guerre, il n’y a pas de compagnie professionnelle de théâtre à Toulouse depuis plus de vingt ans.

Le pays est à reconstruire, Toulouse est à reconstruire, La Culture, au sens moderne, est encore à inventer.

De structure professionnelle à Toulouse, il existe le théâtre et l’Orchestre municipal du Capitole et c’est tout ! Le Conservatoire existe, forme des élèves musiciens, danseurs, comédiens, mais n’ont de débouché que de partir, de « monter » à Paris.

Sans moyen, avec un peu d’expérience et d’apprentissage, mais avec beaucoup de volonté et d’enthousiasme le Grenier de Toulouse, dont Maurice Sarrazin fut le directeur jusqu’en 1985, aura du succès.

Succès à Toulouse, puis dans la région, puis très vite à Paris, dans toute la France, l’Europe… Le nom de Toulouse lié à l’Aéropostale et ses héros, sera connu à l’étranger grâce au Grenier de Toulouse, bien avant que Mady Mesplé, Claude Nougaro, l’Orchestre du Capitole, Airbus ou le Stade Toulousain ne le fassent briller à leur tour.

 

Un vent nouveau

Maurice Sarrazin fut élève au Conservatoire de Toulouse pendant la guerre. Après en être parti, déçu par son enseignement, il y revient quelques années plus tard pour former plusieurs générations de comédiens en herbe.

En 1968, un vent nouveau souffle sur le monde.

Une nouvelle génération d’artistes arrive sur Toulouse et créé des compagnies ou des théâtres qui existent encore : René Gouzenne et sa Cave-Poésie, Michel Mathieu et son Théâtre2 l’Acte, Paul et Elsa Berger et leur futur Théâtre du Pavé, Jean-Pierre Armand et son théâtre Le cornet à Dès, etc.

Maurice Sarrazin leur ouvre la porte du Centre Dramatique National (CDN) et, malgré les réprimandes du ministre, leur permet de créer des spectacles au Théâtre de la Digue.

La nouvelle génération est accueillie et acceptée par la précédente.

Comme l’a dit Michel Mathieu lors d’un hommage à Jean Juillac (génial décorateur du Grenier de Toulouse, puis de multiples compagnies toulousaines):

« Maurice Sarrazin était quelqu’un qui nous permettait de faire, de créer. Jamais, contrairement à d’autres, il ne nous a empêché d’agir. »

L’atelier du CDN était ouvert aux autres compagnies qui pouvaient concevoir leur décor, par exemple, chaque comédien dans la troupe pouvait amener un projet de mise en scène et le mettre en œuvre avec des moyens adaptés. Maurice Sarrazin a toujours soutenu la création des autres.

 

Le jardinier de Toulouse

En 1985 quand il quitte la direction du Centre Dramatique National, Maurice Sarrazin confie le Grenier de Toulouse à Jacques Rosner.

Au moment de son départ, il y a Toulouse le Théâtre Sorano construit pour le Grenier de Toulouse et qui fut le Centre Dramatique National de Toulouse jusqu’à l’ouverture du TNT en 1997, le Théâtre de la Digue construit par le Grenier de Toulouse, La Cave-Poésie, la 3 BC compagnie, Le théâtre de Pavé, le Bikini est tout neuf…

Maurice Sarrazin n’a pas tout fait mais, avec le Grenier de Toulouse, il a été le jardinier qui a défriché le terrain culturel de Toulouse et la Région.

Il a amené une rigueur et une qualité artistique à Toulouse qui n’existait pas ou plus.

Il a construit des théâtres, a inspiré la municipalité pour des lieux culturels, il a formé des générations d’élèves devenus professeur et comédiens (Carette, Azéma, Rey, Roy, Goudot…) et, comme le dit Mathieu, permit à la vie culturelle de proliférer dans la ville.

Sans Maurice Sarrazin la ville de Toulouse et sa Culture n’aurait pas l’aspect qu’elle a aujourd’hui.

 

Une carrière inégalée

Maurice Sarrazin fut le co-fondateur et directeur du Grenier de Toulouse de 1945 jusque 1985. Il fut aussi un des Pères de la décentralisation théâtrale en France.

Acteur, il a interprétés plus de cent rôles en soixante ans de carrière.

Plus de cinq mille représentations dans toute la France et le monde!

Metteur en scène, il a plus d’une centaine de mises en scène théâtrales et lyriques à son actif.

Avec plus d’une dizaine de réalisation, il est le premier metteur en scène à travailler à l’opéra lyrique dès 1952 dans le monde entier (Festival d’Aix-en-Provence, Opéra de Paris, Covent Garden…)

Il a été également le metteur en scène de l’Ouverture du Bicentenaire de la Révolution Française à Versailles en 1989.

 

Mises en scène de 1945 à 2009

Dramatiques :

De 1945 à 1985, toutes les mises en scènes dramatiques ont été effectuées au sein du Grenier de Toulouse.

ABRAHAM (1951) de Maurice Sarrazin
AM STRAM GRAM (1945) de Roussin
BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN (1955) de Shakespeare
C’EST AUJOURD’HUI VENDREDI (1946) d’Hemingway
CYRANO DE BERGERAC (1984) de Rostand
DARDAMELLE (1946) de Mazaud
DOM JUAN (1972) de Molière
DOM JUAN / TARTUFFE (1982) de Molière
EURYDICE (1946, 1959) d’Anouilh
GUILLAUME LE FOU (1949) de Chavannes
HAMLET (1969) de Shakespeare
IL NE FAUT JURER DE RIEN (1949) de Musset
JULES CESAR (1973) de Shakespeare
L’AGE CANONIQUE (1952) de Lude
L’APOLLON DE BELLAC (1948) de Giraudoux
L’ASSEMBLEE DES FEMMES (1950) d’Aristophane
L’ATELIER (1981) de Jean-Claude Grumberg
L’AVARE (1953, 1954, 1975, 1981, 2000) de Molière 
L’ECOLE DES FEMMES (1959, 1969) de Molière
L’EPIDEMIE (1947) de Mirbeau
L’EVANGILE DE JEAN (1992)
L’HERMINE (1947) d’Anouilh
L’HISTOIRE DU SOLDAT (1958, 1962, 1964) de Ramuz/Stravinski
L’OPERA DE QUAT’SOUS (1978) de Brecht
LA CINQUANTAINE (1948) de Courteline
LA CUISINE (1983) de Wesker
LA DAME DE CHEZ MAXIM (1976) de Feydeau
LA FEMME AUX MAINS ROUGES (2009) d’après H. Broch
LA FOLLE DE CHAILLOT (1954) de Giraudoux
LA GUERRE DE TROIE N’AURA PAS LIEU (1949) de Giraudoux
LA HARPE ET L’OMBRE (1981) de Carpentier
LA LOCANDIERA (1957, 1958) de Goldoni
LA MACHINE INFERNALE (1950) de Cocteau
LA MEGERE APPRIVOISEE (1951, 2002) de Shakespeare
LA NUIT DES ROIS (1961, 1968) de Shakespeare
LA PART DU FEU (av. 1945) de Ducreux
LA PEUR DES COUPS (1945) de Courteline
LA PIECE (1971) de Maurice Sarrazin
LA VIE DE GALILEE (1973,1975) de Brecht
LE BARBIER DE SEVILLE (1956) de Beaumarchais
LE CARTHAGINOIS (1946) de Plaute
LE CONTESTATAIRE DE DIEU (1998) de Maurice Sarrazin
LE DEPIT AMOUREUX (1951) de Molière
LE DINDON (1956, 1963) de Feydeau
LE MISANTHROPE (1966) de Molière
LE MONTE-PLATS (1911) de Harold Pinter
LE PAUVRE PETIT AMOUREUX (1948) de René Sarrazin
LE RETABLE DES MERVEILLES (1960) de Cervantès
LE REVIZOR (1965, 1979, 19912) de Gogol
LE ROI DAVID (1958, 1960) de Morax et Honnegger
LE ROI LEAR (1966, 1995) de Shakespeare
LES CHAMBRES (1981) d’Aragon
LES EPOUSAILLES (1949) de Gogol
LES FOURBERIES DE SCAPIN (1950) de Molière
LES GAITES DE L’ESCADRON (1948) de Courteline
LES PRECIEUSES RIDICULES (1949, 1956) de Molière
LES SOURIRES INUTILES (1948) d’Achard
LES TROIS SŒURS (2001) de Tchekhov
MACHIAVEL (1947) de Michel Servine (pseudonyme de M. Sarrazin)
MALATESTA (1955) de Montherlant
ON NE SAURAIT PENSER A TOUT (1948) de Musset
PAUVRE ASSASSIN (1977) de Pavel Kohout
PRE-CRITIQUE DU DEPIT AMOUREUX (1951) de Maurice Germain
ROMEO ET JULIETTE (1948, 2002) de Shakespeare
SANS LAUREL NI HARDY (2006, 2008) de Maurice Sarrazin
SUR LA GRAND’ROUTE (1945) de Tchekhov
TANIA Les Fruits de l’Instruction (1961) de Tolstoï
UNE DEMANDE EN MARIAGE (1945) de Tchekhov
URANIUM 235 (1946) de Maccol

 

Lyriques :

CARMEN (Amsterdam: 1959) de Bizet
DON JUAN (Tel Aviv: 1964) de Mozart 
IL MONDO DELLA LUNA (Holland Festival et Aix-en-Provence: 1959) de Haydn
LA BELLE ET LA BETE (Aix-en-Provence: 1956; Cannes: 1957; Toulouse: 1960) de Grétry 
LE BARBIER DE SEVILLE (Festival d’Aix-en-Provence: 1953, 1956, 1958, 1965, 1967, 1969; Deauville: 1958; Cannes: 1958; Toulouse: 1959; Holland Festival: 1962) de Rossini, décor de Derain
LE BARBIER DE SEVILLE (Covent Garden: 1960; Festival d’Edimbourg: 1961; Opéra de Paris: 1971) de Rossini, décor de J.D. Maclès
LE MARIAGE SECRET (Cannes: 1958) de Cimarosa 
LE TELEPHONE (Aix-en-Provence: 1956) de Menotti
LES NOCES DE FIGARO (Festival d’Aix-en-Provence: 1952, 1953, 1955, 1957, 1960, 1962; Cannes: 1958; Tel Aviv: 1960; Holland Festival: 1961) de Mozart

 

Cinéma :

DU MEILLEUR AU PIRE U.S.A (1952)
LE CELIBATAIRE (1952)
U.R.S.S. (1957)
L’AVARE (1958)

 

Télévision :

LA GRANDE DUCHESSE DE GEROLSTEIN (Télévision Canadienne: 1958) de Offenbach
LE ROI DAVID (Télévision Canadienne: 1959) de Honnegger 
LE DIALOGUE DES CARMELITES (Télévision Canadienne: 1960) de Poulenc
PELLEAS ET MELISANDE (Télévision Canadienne: 1960)
LE MISANTHROPE (O.R.T.F: 1967) de Molière
LE REVIZOR (F.R.3: 1981) de Gogol 
LA CUISINE (F.R.3: 1983) de Wesker 

 

Divers :

Ouverture du Bicentenaire de la Révolution (Versailles: 1989)